Les trois petits steaks de tofu

Vous commencez à le savoir, ici on aime les contes et on ne rate jamais l’occasion de les revisiter.
Aujourd’hui, nous passons donc en revue l’histoire des trois petits cochons, oui, mais si le loup était végan, hein, à quoi elle ressemblerait cette histoire, d’abord ? Allons voir ça.

Voilà, pour les réclamations et offuscations de rigueur, vous pouvez m’envoyer un gentil mot en cliquant ici.
Je vous laisse, j’ai un café sur le feu.

Les pédophiles de Thiercelieux

Chers gens de la toile infinie, aujourd’hui, je vous présente un article du célèbre blogueur l’Odieux Connard que j’ai eu l’honneur d’illustrer.
Comme d’habitude, vous y trouverez un esprit ludique et (littéralement) bon enfant. Bonne lecture à tous !

Le blog d'un odieux connard

Vous en avez assez de jouer aux Loups-Garous de Thiercelieux ? Vous trouvez injuste que le personnage de la Petite Fille soit toujours si important durant les parties ? Enfin, vous souhaitez un jeu à la fois féministe et ludique pour enseigner aux enfants à ne pas grimper dans le Trafic du premier margoulin venu ainsi que les dures réalités de la vie d’une petite fille ?
Avec les pédophiles de Thiercelieux, c’est enfin possible !
Conçu avec le formidable et talentueux Poulop aux crayons, voici donc la variante qui saura enfin apporter un vent de fraîcheur et de bon goût dans vos soirées.

La boîte est garantie sans pluie de cendres ou explosion, ce qui est signe de qualité et de goût.

Évidemment, pour celles et ceux qui ignoreraient les règles du plus célèbre des jeu des colonies de vacances et des soirées arrosées, faisons un petit rappel.

Les…

Voir l’article original 890 mots de plus

Les vacances à la plage

Que celui ou celle qui n’a jamais été faire trempette en été se dénonce (les Creusois sont excusés d’office). Tous, vous avez TOUS un jour participé à ce mouvement estival des masses, cette migration bruyante et difficilement soutenable, ce flot ininterrompu de citadins fatigués et transpirant n’attendant qu’une chose : se mouiller le derrière.

Alors allons-y, comme en Normandie, attaquons-nous à la plage.
Voilà, je vous laisse retourner à vos occupations, trucs à faire et autres rentrées à subir.

Pikoui’z – Une BD à quatre mains

Comme le veut désormais la tradition, chaque année je participe au défi sadomasochiste des 23 heures de la BD. Mékeskeucé ? Simple, c’est un défi avec des règles strictes :

En quoi consiste le défi ? En ça :
– 23 planches de BD à réaliser
– Un temps limite de 23 heures (de 13h le samedi à 13h le dimanche, soit 23h à cause du passage à l’heure d’été).
– Un thème et une contrainte à respecter, donnés le jour J à l’heure H à la seconde S. Au dernier moment, quoi.

Le dessinateur pendant le calme avant la tempête des 23h de la BD, allégorie.

Oui, les dessineux aiment se faire du mal, tout comme les organisateurs de l’événement, Zia et Goliver, qui donnent toute l’énergie possible pour que des centaines d’artistes puissent sereinement ne pas dormir du week-end. Remercions-les.

Alors les années précédentes, ça a donné plusieurs résultats plus ou moins psychédéliques :

  • 23hBD2015 : Une histoire de génocide de chats, que du bonheur.
  • 23hBD2016 : Un western en BD sombre et torturé, en collaboration avec l’ami Monkibe, lui-même des fois sombre et torturé.

Cette année, nous avons été quatre gribouilleurs fous à nous réunir pour réaliser une seule et unique BD collective : l’improbable Zupermoi, l’inénarrable ElOrnitorrinco, l’aléatoire Monkibe et moi-même.

Ce samedi 25 mars à 13h, le thème et la contrainte sont donc tombés :

– Thème : « 1, 2, 3… Explorez !« 
–Contrainte : Durant une scène, les personnages doivent communiquer par gestes.

La BD que nous avons réalisée est lisible juste en-dessous. Mais je vois certains d’entre vous froncer les sourcils et prendre un air circonspect : pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour publier cet article ? C’est très simple : la réponse en bas de page, juste après la BD.

C’est la fin ! Alors bien entendu, tout a été fait dans la souffrance la plus totale, le sang et les larmes d’agonie habituelles. Vous ne me croyez pas ? Voyez par vous-même. Comment ? Eh bien en regardant la vidéo que la grande, la talentueuse Jolalose a concocté pour nous.

En effet, tout le long de ces 23 heures, elle a filmé, capturé, mis dans la boîte de folles quantités d’images et immortalisé ainsi cette flagellation performance artistique. Un grand merci à elle, tous en chœur.

C’est tout pour ces 23 heures de la BD 2017 ! On se donne rendez-vous très bientôt pour de nouveaux gribouillis, malgré le rythme ralenti de l’été. Qu’on se le dise.

Le soja

Il y a des causes qui méritent qu’on s’y attarde comme l’environnement, le traitement des animaux en élevage, le réchauffement climatique ou encore les différentes manières de démembrer un chaton nouveau-né. Suivant cette optique écologique, nous nous attaquons aujourd’hui au thème du soja.

Le grand secret de la paix

Qui ne rêve pas d’une paix absolue, d’un monde sans conflits, débarrassé des guerres et des tensions ? Hein ? HEIN ?
Eh bien mes chers amis cliqueurs de souris, voici quelques images qui vous donnent la clé pour un monde meilleur.
La révélation_0001 LD
C’est tout pour aujourd’hui ! Retournons-donc à nos occupations, c’est-à-dire pour ma part une perfusion de café.

La petite bête qui monte…

Vous connaissez tous ce jeu enfantin de la petite bête qui monte, n’est-ce pas ? Mais si, celui qui consiste à faire croire à une larve rampante un bébé innocent qu’un petit insecte lui monte dessus, prétexte à mille chatouilles, gouzis-gouzis et autres tortures punies de crime contre l’humanité !
Eh bien après la Souris verte, L’alouette ou encore Le grand cerf dans sa cabane, nous mettons aujourd’hui en image cette joyeuse pratique aussi ludique que récréative.
Vous pouvez désormais vous adonner à ce merveilleux petit jeu chez vous ! Amusez-vous bien, bande de galopins.