Hector & Bulle : le reboot

Bien le bonjour chers amis des internets, comme on dit à l’EHPAD. Vous vous souvenez de la BD Hector et Bulle que j’avais entamée ? Eh bien figurez-vous que j’ai décidé de la refaire entièrement en la prolongeant, mais dans un style sensiblement différent.

Ce sera cette fois-ci sous forme d’épisodes, tout comme la BD des Clodos !

Alors sans plus attendre, voici aujourd’hui le premier épisode de cette nouvelle version de Hector et Bulle. Il y en aura un par semaine jusqu’à la fin du chapitre, soit cinq semaines pour commencer.

À la semaine prochaine !

Gribouillis d’août

Bien le bonjour, chers internautes.

Durant l’été, beaucoup sont en vacances, bande de veinards. Le blog tourne moins rapidement que d’habitude, mais ça n’empêche pas de dessiner, ma bonne dame ! Alors en vrac, voici quelques dessins et BD réalisés dans le mois en commençant tout naturellement par un bébé dragon.

Poursuivons avec une romance digne des plus grandes tragédies grecques, à n’en point douter.

Remis de vos émotions ? Très bien, alors discutons maintenant d’éducation alimentaire, je vous prie.

Dans le même thème, mais en plus chaleureux.

Et pour finir, une tranche de vie comme il en arrive tant. Voilà ! Nous nous retrouvons très bientôt pour des projets qui s’annoncent dantesques ! En attendant, café.

L’immonde créature

S’il y a une chose que je recommande à toute personne qui gribouille à ses heures perdues, c’est de s’adonner à ce passe-temps artistique à la terrasse d’un bar une après-midi ensoleillée.
Ceci étant dit, venons-en à nos moutons. Ou plutôt nos dragons. Il existe peu de choses sur Terre qui puissent rendre n’importe quoi plus fun, plus beau, plus mieux, qu’un dragon. Ou un T-rex. Réfléchissez-y, vous verrez : ajoutez un Dragon à n’importe quel film, dessin, ou récit et l’œuvre gagne environ 200 % d’intérêt. Si si, je vous jure, j’ai lu une étude là-dessus.
Mais assez de blabla, voici le gribouillis ! (cliquez sur le dessin pour le voir en plus grand. C’est un ordre.)

Hebergeur d'image
L’histoire ne dit pas ce qu’il se passe ensuite. Mais je serais le dragon, je me méfierais.

Mais ce dessin a-t-il toujours été en couleur, me demanderez-vous avec un air effarouché pour je ne sais quelle raison ? Et bien figurez-vous que non. Principalement parce que dessiner à une terrasse de bar limite pas mal l’utilisation de photoshop. Voici donc le dessin tel qu’il était avant la mise en couleur numérique.

Hebergeur d'image
Le même mais en pas pareil. C’est fou.

Quoi ? Vous êtes encore là ? Bon. Comme vous êtes vaillants je vous révèle l’origine de ce dessin : un cours à la fac. Oui. Je sais, c’est mal, mais gribouiller me permet de rester attentif. Si si. Bref, pendant un beau cours probablement digne d’intérêt, c’est là que j’ai eu l’idée de ce petit crobard, du coup la toute première version était au bic. Et pas finie. Le voici.

Hebergeur d'image
Ne venez pas râler : je vous ai dit qu’il n’était pas fini.

Voilà. C’est tout pour aujourd’hui ! A bientôt avec quelques gribouillis qui devraient aborder des sujets politiques et religieux. Joie.