La petite bête qui monte…

Vous connaissez tous ce jeu enfantin de la petite bête qui monte, n’est-ce pas ? Mais si, celui qui consiste à faire croire à une larve rampante un bébé innocent qu’un petit insecte lui monte dessus, prétexte à mille chatouilles, gouzis-gouzis et autres tortures punies de crime contre l’humanité !
Eh bien après la Souris verte, L’alouette ou encore Le grand cerf dans sa cabane, nous mettons aujourd’hui en image cette joyeuse pratique aussi ludique que récréative.
Vous pouvez désormais vous adonner à ce merveilleux petit jeu chez vous ! Amusez-vous bien, bande de galopins.

Alouette, gentille alouette…

Qui n’a jamais chantonné de petites comptines à ses charmants bambins pour tenter (vainement) d’atténuer leurs cris et râles maléfiques ? Avouez-le, vous vous êtes déjà adonné à cette pratique.

Alors qu’il suffit en général, comme je ne cesse de le répéter, d’un bon coup sec sur la nuque pour calmer le marmot. Mais passons.

Nous avions déjà traité la chanson de la souris verte et ses paroles improbables ou encore de l’univers particulier de Frère Jacques, ci-dessous.

Frère Jacques...
Aujourd’hui, continuons dans notre lancée et attaquons-nous promptement et avec entrain à cette chère alouette, si gentille alouette.
Alors assez de blabla et place aux gribouillis !
alouette_0001 LDEt voilà ! Ah, je ne sais pas vous, mais moi, les comptines, ça me donne la patate.

En bonus aujourd’hui : Un petit gribouillis fait à l’occasion de la mouvance webique « Art vs artist » qui fleurit sur la toile depuis quelques jours. Vous trouverez tout plein d’exemples en cliquouillant ici.
Le principe : faire un petit montage en neuf cases avec au milieu une photographie de la tronche de l’artiste et, dans les cases autour, les œuvres de l’artiste en question. Pour cerner à la fois l’univers et l’auteur, la relation entre l’œuvre et son créateur, l’imaginaire et l’imaginant, le lien métaphysique et organique entre l’Art et le monde, Pygmalion dans tes yeux, wesh t’as vu. Bref, j’ai pondu ça.

art vs artist LDN’hésitez pas à visiter la galerie des gribouillis, elle est mise à jour.

Une souris verte…

Poulop une chanson
Je me trouve décidément bien bon.

C’est la rentrée ! Alors, mesdames et messieurs, je vous le demande : quoi de mieux qu’une bonne vieille comptine pour démarrer cette année scolaire qui s’annonce encore plus fofolle que la précédente ?

Et des comptines il y en a, pour sûr. Mais l’une d’elle revient. Sans cesse. Depuis la nuit des temps. On la chantonne à tous les bambins dès qu’ils osent réclamer une chanson ou quelconque signe d’attention. Personne ne sait pourquoi, mais elle comble les attentes. Et ce depuis au moins 200 ans ! (véridique).

N’attendons pas plus, lançons-nous ! C’est l’heure de la comptine, c’est l’heure de la chanson, c’est l’heure de… la souris verte.

Hebergeur d'imageC’est tout pour aujourd’hui ! À très bientôt avec une petite histoire animalière, si tout va bien.