Divers

« Non mais t’as un don ! »

L’Homme est un être de débat. Partout, où qu’il aille et de tout temps, il a cette faculté de déblatérer des discours plus ou moins organisés et construits autour de sujets plus ou moins intéressants, de la signification de la fin du dernier film de Michael Keaton à l’utilisation des points d’exclamation dans les sms. Que du bonheur.
Il se trouve que ces derniers temps, j’ai eu l’occasion de participer à quelques débats, quelle chance, autour du thème du talent artistique et du don. Voici donc, rien que pour vous, mon ressenti au sortir de ces échanges passionnés et enflammés. Place aux gribouillis !

montage don LD3
Voilà ! Vous savez maintenant tout. Allez, un cadeau bonus, je sens que vous voulez voir un dernier crobard de ma période de CE1 :

Hebergeur d'image
Notez les vers de terre dans le bec des volatiles. Ah mais on a le sens du détail ou on ne l’a pas.

Avouez-le, vous êtes jaloux de tant de talent don. Allez hop, c’est l’heure du café.

Pour ceux qui veulent aller plus loin et avoir des explications plus scientifiques, je vous conseille la lecture de cet article.

47 réflexions au sujet de “« Non mais t’as un don ! »”

    1. C’est un combat qui ne s’arrête jamais. Il ne faut jamais avoir ses dessins d’enfance trop loin : ça rassure quand on pense stagner et ça fait de bons dossiers à montrer pour ne pas oublier ce qu’est la honte.

  1. quand il s agit de musique on a aucun mal a imaginer que ca demande un effort, voire des annees d’effort, mais pour les petits mickeys, là…

  2. OH PUTAIN Merci d’avoir expliqué tout ça ! Quel bonheur de voir « tout haut » ce que je pense et explique à chaque fois que quelqu’un qui ne dessine pas me dit…
    J’aime bien aussi le « Pourquoi t’as pas fait une école d’art ? »
    Héhé. Ils sont mignons.

    En tout cas merci encore !!!!

    1. Mais de rien, mon cheval de bataille est celui de tous les dessineux. Oui, le sujet de l’école d’art revient souvent effectivement, je l’avais oublié celui-là.
      Au passage, « Zguben » c’est fichtrement drôle à prononcer. Çà, c’est dit.

  3. Ahah c’est parfaitement expliqué et sympa à lire ! (j’adore la chute)
    Des fois, limite ça fait prétentieux si t’oses dire que sisi tu t’es entrainé pour arriver à ce résultat là *sigh*

    1. Alors que si on dit « oui j’ai un don, je suis l’élu, Dieu m’a choisi », de suite cela fait moins prétentieux. Les gens ne comprennent décidément rien.
      Merci du compliment !

  4. Pardon, il faut m’excuser c’était nul. En tout cas c’est super ça, y en a marre des gens qui pense que le dessins sa se fait en claquant des doigts, je t’encourage à continuer à mort 😉 c’est super !

    1. Mais non, ce n’était pas nul. J’aime qu’on me crie des choses comme ça, ça me rend tout… passons. Je continuerai donc, dussè-je en trépasser.

  5. Excellente note. Je suis à 100% d’accord avec toi, c’est une réflexion que je me fais souvent aussi. Et après qu’on m’ait fait ce « compliment » concernant mon « super pouvoir », je lance un défi à la personne : Dessine quelque chose chaque jour pendant un an. A la fin, tu compares le premier et le dernier dessin et tu comprendras ce qu’est le don en dessin.

    Après, y’a une autre catégorie bieeeeeen plaisante, celle des jeunes dessinateurs qui savent qu’ils sont bons et refusent de le reconnaître en affirmant à chaque post : « Désolé c’est de la merde. »

  6. Yes ! C’était carrément marrant à lire ! Alors je suis un peu pareil, j’ai aimé et débuté le dessin par Dragon ball, mais, je ne me suis jamais acharné comme toi, à décortiquer chaque styles, c’est l’indifférence totale vis à vis du crayon. Quand je ne le prend pas pendant admettons, 5 à 6 mois et que d’un coup je reprends, je dessine mieux que 5 à 6 mois auparavant ! Je dis pas du tout que j’ai un don, car ça me gonfle de l’entendre dire, mais ceci s’applique à toute les autres activités, musicales aussi, batterie, guitare, etc… que faire docteur ?

    1. C’est simple : il faut arrêter toute activité pendant une bonne vingtaine d’années. Si vos dires sont véridiques, vous serez alors un prodige dans tous les domaines pratiqués !

  7. Nous dirons donc « quel talent » ! Merci de jouer aussi bien avec les techniques picturales que celle de la nuance lexicale.

  8. J’arrive un peu tard par ici mais j’adore cette page. Tes inktober du moment me font redécouvrir ton blog.
    Je ne me suis jamais posé la question sur que dire à ceux qui te disent que tu as un don. Je me disais que… ben p’t’être bien. Mais en lisant cette page, en connectant mes deux neurones et en ressortant des vieux dessins, je me rends compte que, sans m’en rendre compte, j’ai pas mal bossé pour m’améliorer (peut-être que ça ne m’a pas paru être du travail). Après, surement pas assez pour arriver à un niveau qui me convienne car, si j’ai bien un don, c’est celui de ne jamais être satisfait de mes dessins.
    En tout cas merci pour cette révélation me prouvant que je ne suis pas complètement un faignant.

    1. C’est une bonne formulation, effectivement : c’est du travail, même si ça n’en a pas l’air. Parce que je me revois gamin à passer des semaines à bosser mon dessin, à en piquer des crises. Un vrai névrosé.

  9. Poulop, tu ne devrais pas dévoiler la vérité à tout le monde. Si le commun des mortels se mettaient à dessiner, que deviendraient les dessinateurs actuels?
    Je préfère dire que j’ai un don. Les dieux m’ont choisi et je mérite mon tribut de femmes, d’or et de terres.
    Tu devrais censurer ce post et laisser l’accès qu’aux seuls dessinateurs.
    Rejoins le côté obscuuuuur….

  10. Merci Poulop ! Les gens me taxent aussi du terme « don » lorsqu’ils parlent de ma passion pour la taxidermie. Pourtant, je suis d’accord avec ton explication ! Tout est une question de patience et de travail de longue haleine !

    Bon, je n’ai malheureusement pas conservé les photos de mes premières ébauches de jeunesse comme « le lièvre dans la tortue » ou encore « La cigale tue la fourmi » (oui, Jean de la Fontaine fut ma première muse) et c’est bien dommage car cela m’aurait permis de voir l’évolution de cette passion à grande envergure. Je met quand même en scène de grands classiques du cinéma grâce à l’empaillement, dont « Les thons flingueurs », « La panthère morose » ou encore « La chatte sur un piaf hurlant ».

    Enfin bref, incompris mais invaincu, je salue ton travail !

Criez votre amour à l'auteur

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s