Divers

Comment bien caricaturer.

Râler est un exercice que l’on pourrait qualifier de sport national. Jusque dans le patrimoine français, nous avons laissé des traces de notre capacité à ne pas être contents et à le montrer. C’est précisément l’un des buts de la caricature : soulever des dysfonctionnements et les absurdités de notre monde, le tout avec humour. Et cela ne remonte pas à hier, ma bonne dame, ça non ! Cet article l’expliquera mieux que mon blabla inutile et convenu.

Une fois cela dit, passons à notre BD du jour. Pour en comprendre les mille et unes subtilités, je vous invite avant tout à lire (ou relire, fripons !) cette petite BD que j’avais gribouillée, ainsi que les deux premiers commentaires qui ont suivi. Ça aide à la compréhension.

Sur ce, assez de blabla, place aux gribouilles !

Hebergeur d'imageC’est tout pour aujourd’hui, bande de filous ! J’en profite pour vous signaler que le blog va un peu ralentir le rythme cet été, pour cause de mémoire à préparer, enfin une bagatelle, quoi. Mais je serai tout de même dans les parages. Tout près.

21 réflexions au sujet de “Comment bien caricaturer.”

  1. C’est bien d’expliquer les choses. Je ne savais pas qu’il existait autant de caricatures. Moi je les lis et je rigole (ou pas). Merci pour nous, tes fans de Pious.
    PS: vus pious dans les caricatures. 🙂 🙂 🙂

  2. Je m’élève contre cette caricature des lecteurs qui ne comprennent pas la caricature. C’est un cliché qui peut offenser les huîtres. Ce n’est ni plus ni moins que du spécisme envers nos amis bivalves.

  3. Merci d’avoir embelli ma matinée! Je dois dire que le moment de l’éclatement de tronche d’huître m’a particulièrement soulagé (j’avais cette idée en tête après avoir lu les deux commentaires sur l’instant girly). Quelle maîtrise dans les gestes et sans vous salir la chemise, respect total ….vous êtes un maître cher Poulop!

    1. Ça défoule, n’est-ce pas ! Et pour ne pas se salir, c’est tout un art. Mais si jamais ça arrive, j’ai mon lave-linge tout prêt à l’emploi. Il faut juste que j’en ôte le bébé.

  4. Ah purée que t’es bon toi ! J’ai vraiment bien ri. Ça fait du BIEN.
    (et le pied qui traverse la tête est un chef d’œuvre de l’art militant anti-violence. J’adôôôôre.)

    P.S. : j’aime pas les huitres. Comme les moules, c’est dégueulasse : ce sont des animaux filtreurs, il y a donc toute la pollution de la mer et des côtes (hydrocarbures, métaux lourds, pesticides, tracts du FN…) qui s’accumule dans ces bestioles là. A vomir.

Criez votre amour à l'auteur

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s